BIENVENUE À L'HÔTEL WOODYS


BIENVENUE À L'HÔTEL WOODYS

C’est en 2013 que fut construit le singulier Woodys Hotel, au cœur d’un superbe paysage à l’écart de la civilisation. Un hôtel spécial pensé pour tous ceux qui souhaitaient sortir des sentiers battus, trouver un lieu où se sentir comme chez eux et pouvoir être eux-mêmes sans qu’on les juge. C’est ainsi que le Woodys Hotel gagna progressivement de plus en plus d’adeptes.

Le Woodys Hotel avait été choisi pour présenter la nouvelle collection de Woodys Barcelona. Une collection qui débarquait plus forte que jamais, car outre la ligne féminine la marque présentait la très attendue Unique Men by Woodys. Parmi toutes les lunettes, une paire avait été sélectionnée en vue de la présentation, soigneusement posée sur un superbe présentoir qui la protégeait à la perfection. Le moment tant attendu arriva. Alors que les hôtes distingués étaient réunis dans le hall de l’hôtel dans l’attente de découvrir la collection, Otis, le sympathique bell boy, alla chercher dans la salle noble la paire de lunettes choisie pour illustrer le début de la présentation ….

Bris de verre sur le sol, un trou béant au beau milieu du présentoir, et aucune trace des lunettes. Voilà la scène qu’il trouva alors que le désarroi s’emparait de lui. La situation d’alerte générale ne tarda pas à se faire sentir et une fois tout le personnel de l’hôtel informé, on procéda à clore les accès au grand dam des hôtes présents. Il fallait agir vite. Chaque minute perdue risquait de permettre au coupable d’effacer d’éventuels indices, si bien que la consigne était claire : faire appel au meilleur inspecteur, l’emblématique détective Tatson.

Le détective Tatson arriva en suscitant beaucoup d’intérêt, car personne ne s’attendait à être interrogé. Les réactions furent nombreuses : surprise, indignation, nervosité, indifférence… mais plus rien d’autre n’importait hormis résoudre le cas, récupérer les précieuses lunettes et pouvoir réaliser la présentation. L’hôtel n’ayant jamais attiré autant de clients d’horizons si différents, il n’y avait pas de suspect principal. Seul le temps donnerait raison à tous ceux qui semblaient avoir un alibi parfait. Alors, qui serait le coupable ?